Rencontre avec une députée de Gironde

Le 1er juin, deux visiteurs de la section de Bordeaux-Gradignan, Beate Faure et Jean-Jacques Capot, ont été reçus pendant une heure par Mme Bérangère Couillard, députée de la septième circonscription de la Gironde (Pessac, Gradignan) depuis le 18 juin 2017.

Mme Couillard avait participé le 21 avril dernier à la réception du Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, venu au centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan signer une charte du surveillant pénitentiaire pour revaloriser ce métier, qui peine à attirer les vocations.

Elle est, entre autres, membre du groupe d’études « prisons et conditions carcérales » de l’Assemblée nationale.

A ce titre,

  • Elle est très sensible aux conditions d’emprisonnement qui ne permettent pas aux détenus de se réinsérer. La crise sanitaire a freiné le travail des élus sur les conditions d’emprisonnement. Une députée de l’Isère, Mme Caroline Abadie, a un rôle moteur dans cette réflexion.
  • Le modèle actuel, enfermement à 2 ou à 3, n’est pas une solution.
  • Elle est favorable au développement du travail et de la formation.
  • Elle a participé à l’écriture de la dernière loi sur le féminicide.
  • Pour elle, les bracelets ne répondent pas aux exigences de la sécurité .
  • Elle est pour une éducation complète des hommes violents. Sur la région de Bordeaux il y a un centre rééducatif qui se met en route. A Limoges il y avait un centre modèle.
  • Pour les féminicides, les députés s’appuient sur le modèle espagnol qui a 15 ans d’expérience.

Après s’être présentée, Mme Couillard s’est montrée très intéressée par l’expérience de nos deux visiteurs : comment êtes-vous devenus visiteur ? Pourquoi ? Quelles étaient vos motivations ? Combien de temps y passez vous ? Comment se déroule une visite ? Choisissez-vous les personnes détenues que vous visiterez ? Etc.

Nos visiteurs ont couvert toutes leurs interventions au sein du centre pénitentiaire de Bordeaux-Gradignan, visites aux détenus hommes et femmes dans leurs bâtiments, au module de respect, à la SAS (structure d’accompagnement vers la sortie), aux jardins et à de l’UHSI.

Ils ont apprécié l’écoute que leur a réservé Mme Couillard.

Ils ont constaté que la volonté au plus haut niveau, chef d’état et ministre, arrive très diluée au niveau des établissements eux-mêmes, notamment pour ce qui est de l’amélioration des conditions de la vie carcérale.

Beate Faure et Jean-Jacques Capot, visiteurs de prison au CP de Bordeaux-Gradignan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s