Distribution de calendriers à Gradignan et Bédenac

La section de Bordeaux de l’ANVP regroupe les visiteurs de la Maison d’Arrêt de Gradignan (dans la banlieue de Bordeaux) et de Bédenac (en Charente Maritime, sur la route de Bordeaux à Angoulême). Pour la troisième fois, elle a fait réaliser des calendriers qui mettent en valeur des peintures réalisées par des personnes détenues.

8 visiteurs ont pu distribuer les calendriers dans chaque cellule, grâce à l’aide du personnel de surveillance. Voici leurs différents témoignages.

Une équipe composée de Beate, Colette, Jean-Michel et 
Olivier, prend en charge la distribution dans le bâtiment 
A de 6 étages.
  • Beate résume leur matinée

 » Je vous fais un petit compte-rendu de mon point de vue pour le bâtiment A, où j’étais avec Colette, Jean-Michel et Olivier.

Nous sommes passés voir la chef de détention dans son bureau, qui nous a fait part de ses soucis du jour – pas d’eau chaude, problème de compta, manque de personnel…- et qui, à priori, avait d’autres priorités que la distribution des calendriers…. Mais elle a tout de suite demandé à 2 surveillants de nous accompagner dans les étages.

Nous avons commencé au 6e étage, par équipe de 2 visiteurs (1 homme, 1 femme) et 1 surveillant pour faire toutes les cellules, une par une, de chaque côté. 
Il est 10h30 et beaucoup de cellules sont encore dans le noir avec les détenus couchés ; il y a plusieurs cellules « triplettes » mais nous sommes tout de même souvent bien reçus. Des fois, nous laissons les calendriers à l’entrée de la cellule quand celle-ci est vide.
On se rend bien compte de l’exiguïté et de la vétusté des cellules….
Il y a beaucoup de cellules où les œilletons sont obstrués par l’intérieur par des bouchons  « pour l’intimité comme ils disent »  mais ils sont systématiquement enlevés, et c’est sanctionné oralement, par la surveillante.

Nous descendons au 5ème et au 4ème, ensuite au 1er le quartier des nouveaux arrivants.
La chef de détention va remplacer un des surveillants qui doit partir, pour nous accompagner pour les étages 2 et 3. Là, les cellules sont plus « claires », les détenus sont debout ou même sortis – en atelier, activité, promenade….
Les détenus sont en général très reconnaissants et nous remercient beaucoup ; certains sont prêts à nous faire un don !
Nous finissons à midi, avec le sentiment d’avoir bien accompli notre tâche.
Il me reste des calendriers que je distribuerai au Quartier semi-liberté lors de mon atelier jardinage. « 

  • Et Colette ajoute ceci

 » Finalement moi je n’ai pas trouvé qu’il y avait tant de cellules encore dans le noir, et la plupart du temps, quand on appelait doucement, ceux qui étaient au lit répondaient et nous accueillaient gentiment : c’est sans doute ce qui m’a le plus frappée, nous avons pratiquement toujours été reçus avec plaisir et très remerciés.  « 

Une visiteuse va aller au Quartier Femmes de 40 places
  • Chantal raconte

La distribution des calendriers au quartier Femmes s’est bien passée…J’ai trouvé des surveillantes accueillantes et gentilles avec les femmes. Celles-ci sont étonnées de mon passage et souvent elles sont émues de savoir que les dessins sont réalisés en détention.
La cellule disciplinaire m’a été ouverte, une jeune y était et elle a aimé parler avec moi. C’est impressionnant et triste de faire le constat de cette ‘mise au cachot’.
J’ai rencontré les personnes visitées par 2 d’entre nous, Guy et Florence.
Les souhaits de bon anniversaire de Jean-Jacques à la femme détenue qu’il visite, ont bien été transmis… La jeune femme étrangère ne parlant pas le français a eu un grand sourire !

Une autre équipe composée de Jean-Jacques, Mayie et Florence, va au bâtiment B.
  • Jean-Jacques raconte leur action

Dans un esprit de communauté nous partageons avec vous notre compte rendu concernant la distribution des calendriers.

Jeudi 23 janvier, Florence, Mayie et moi, nous nous sommes lancés dans la distribution au bâtiment B de la MA de Gradignan. Ça s’est très bien passé.
Le bâtiment B est composé de 4 pavillons. Un pavillon est dédié aux mineurs, les 3 autres aux hommes, majeurs, qui exécutent leurs peines. L’un d’eux est réservé au module Respect.

La distribution a commencé par le module RESPECT. Nous avons été guidés par un brigadier, passionné par son métier et fier de nous expliquer l’historique du Respecto, le déploiement sur Gradignan et le fonctionnement actuel. Il nous a montré le tableau de service, expliqué les points perdus pour tout écart au contrat Respecto, parlé du comité technique… Dans le contrat Respecto, le détenu s’engage à fournir 23h d’occupation par semaine, travail, formation, …, du coup nous n’avons rencontré que très peu de détenus. Nous avons laissé les calendriers dans les cellules.

La distribution s’est poursuivie dans le pavillon des mineurs mais là nous n’avons pas pu aller plus loin que le poste des surveillants. En effet les mineurs ont fait du grabuge dans la nuit, il a fallu une intervention pour les calmer, ils étaient punis. Ça n’empêche que nous avons été très bien reçus par les 2 surveillants avec qui nous avons pu parler de leur métier. Ils ont juste une formation de 10 jours pour tenir leur poste adapté aux mineurs. Notre interlocutrice nous a dit qu’elle s’appuyait sur son passé de monitrice et directrice de colo pour gérer les ados. Tous deux nous ont conté les bienfaits de l’atelier-jeux du mercredi après-midi.

Nous avons été accueillis dans le pavillon suivant (exécution des peines) par un surveillant passionné lui aussi par son métier. Loin d’être un porte-clefs, nous avons rencontré un homme à l’écoute, attentif, organisé, calme, détendu, observateur, médiateur. Il centre toute son attention sur la personne, s’il sait dire OUI il sait aussi dire NON !

Il est 10h45 du matin, 75% des détenus sont couchés, cellule enfumée, propreté douteuse, pas rangée, « zombi », seul ou à 2 et même à 3 par cellule. Les autres détenus sont propres, présentent bien, cellules rangées.

Le dernier pavillon (exécution des peines) n’a pas pu nous recevoir. Il est 11h15, c’est la fin de la promenade et la gamelle va bientôt arriver. Nous avons laissé des calendriers.

Et la distribution s’est terminée par  » La fouille « .

Tous les détenus ont un point commun : ils nous ont bien reçus !

Nous avons tenté de corrompre les fonctionnaires avec nos chocolats mais je vous rassure, ils ont tous gardé la pièce à conviction avec le sourire !…

Un commentaire sur “Distribution de calendriers à Gradignan et Bédenac

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s