Journées Nationales Prison 2019 le 24 novembre à Avallon (Yonne)

Grand succès pour cette journée nationale prison où nous avons dû refuser du monde.

La projection du film « FEMMES EN PEINES » d‘Arnaud Sélignac présent et accompagné de la productrice a montré une fois de plus que derrière ces personnes condamnées « il y a un être humain »

Arnaud s’est inspiré de la pièce « Les monologues du vagin » pour écrire ce film et il a mis en place un atelier d’écriture pendant 2 semaines pour que les détenues qui jouent dans le film collaborent à cette histoire. C’est le premier film qui a été entièrement tourné en détention avec une équipe réduite et en un temps record. Les personnes détenues sont devenues actrices jouant un rôle, avec un contrat et un salaire.

Le film raconte  l’histoire de femmes toutes condamnées à de longues peines. On voit le parcours « d’une arrivante » à qui on tourne le dos car elle a commis un crime odieux en tuant sa propre mère. « La nouvelle » est effacée, mais peu à peu elle se dévoile et s’intègre à un groupe de femmes qui nous parle au travers de leur vécu, de leur féminité, de la petite enfance à la ménopause, du plaisir mais aussi du viol.

Ces femmes qui sont condamnées à de longues peines pour avoir commis des crimes, sont avant tout des victimes de leur condition de femme, ce que le film nous fait découvrir.

Un débat s’en est suivi avec la salle.

Puis Paul Marconot, ancien président de l’Association Nationale des Visiteurs de Prison, est intervenu pour nous présenter la politique pénale, la gestion pénitentiaire et la situation carcérale. Incarcération en perpétuelle augmentation, avec une surpopulation d’environ 13000 personnes détenues en maison d’arrêt qui a comme conséquence un taux d’occupation pouvant dépasser 200% parfois dans certaines M.A. ce qui veut dire 3 à 4 personnes dans une cellule.

Comment cette promiscuité peut-elle aider une personne détenue à se reconstruire quand son intimité et sa dignité ne sont pas respectées ?

Un paradoxe, moins de délits et de crimes depuis une dizaine d’années  mais plus d’enfermement et plus longtemps.

Des peines alternatives à la prison, notamment initiées par madame TAUBIRA n’ont pas eu l’effet escompté, les magistrats s’en étant peu saisi. Aujourd’hui « la réforme justice » proposée par madame Belloubet revient sur cet  aménagement de peine au ¾ et  propose des structures d’accompagnement à la sortie.

Mais sans davantage de moyens humains et financiers, que faut-il en attendre !

Pour terminer le délégué défenseur des droits présents au centre de détention a expliqué son rôle auprès des détenus. Ce sont surtout les plus vulnérables qui font appel à lui.

Cette journée a été très riche, le message délivré est que quelque soit l’acte commis il y a un être humain qui certes a fait souffrir mais qui souffre aussi et que nous pouvons aider à se reconstruire.

Les Journées Nationales Prison contribuent à changer le regard de la Société. Nos initiatives locales y participent telles que nos interventions dans la presse, les radios locales et les animations dans le milieu scolaire.

Cette journée s’est terminée par un pot fraternel. Chacun est reparti avec un flyer présentant les participants du GLCP et leurs contacts s’il souhaitait nous rejoindre.

A l’année prochaine         

Le Groupe Local de Concertation Prison de l’Avallonnais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s